Architecture micro-services

Bonjour,

Comme je vous disais dans l’article sur Hateoas, je vais maintenant vous parler de l’architecture micro-services. Nous verrons les points communs et les différences avec les autres types d’architecture.

Les points communs

L’architecture micro-service se base sur MVC (pour Model View Controller ou en français : Modèle Vue Contrôleur).
Sur ce point, pas de révolution, votre application aura toujours une partie pour l’accès aux données (Modèle), une partie qui sera le point d’entrée de votre application (Contrôleur) et la partie pages web (Vue).

Comme toute architecture, elle n’est pas liée à un langage particulier mais représente une façon de faire applicable à tout type de langage (sauf exception).

Les différences

Première différence, le contrôleur n’est pas un contrôleur web standard mais le plus souvent un contrôleur REST (basé sur les webservices de type REST).
Ca permet de renvoyer des pages html entières ou directement des flux json à la vue.

Deuxième différence, et la plus importante à mon avis, la responsabilité des contrôleurs.
Chaque contrôleur doit avoir une et une seule responsabilité. C’est-à-dire, gérer un seul type d’objet que ce soit pour la création, modification, affichage ou suppression. Et chaque fonction du contrôleur ne doit faire qu’une seule chose (l’ajout par exemple).

Si lorsque vous ajoutez un nouveau produit, vous souhaitez avoir la liste mise à jour, vous devrez faire deux appels au serveur. Le premier appel permettra l’ajout du nouveau produit et lorsque le retour est « Création OK », alors vous faites le deuxième appel au serveur qui lui servira à renvoyer la liste de tous les produits.
Si vous avez lu l’article précédent sur Hateoas, vous voyez l’intérêt de coupler ces deux notions. Ainsi le niveau de maturité 3 que représente Hateoas vous permettra de communiquer plus en détail avec le serveur et ainsi pouvoir découper vos actions de façon minimaliste.

Souvent avec les micro-services, les gens ne savent pas bien découper le travail et mélange les différentes actions dans une même fonction d’un même contrôleur. L’inconvénient est que la maintenance et les évolutions seront plus chères car plus compliquées.
En découpant de façon minimaliste la responsabilité d’une fonction (ce qu’elle doit faire), vous diminuez sa complexité et donc le cout de sa maintenance.
Imaginons que vous avez une fonction qui renvoie tous les produits et les sous-catégories, car vous n’avez pas respecté les micro-services. Maintenant il faut que vous ne renvoyez plus les sous-catégories car le client ne les veux plus dans cette page. Vous devez modifier plusieurs parties de votre fonction, ce qui augmente le risque de régression et d’impacts sur d’autres pages.
Dans le cas des micro-services, vous n’avez juste qu’à supprimer l’appel aux sous-catégories dans le javascript. Le risque de régression étant quasiment nul et la complexité pareil (sauf si votre JS est mal codé 🙂 ).

Troisième point, votre architecture coté serveur ressemble à vos urls.
C’est-à-dire que si vous avez store/product/ dans votre url, vos packages cotés serveurs auront la même architecture.
Cette logique est identique coté javascript si vous utilisez un framework du type angular.
L’avantage est que même sans connaitre l’architecture du projet, vous pouvez vous y retrouver facilement coté serveur si on vous a donné l’url de la page à modifier ou inversement si vous savez où est le contrôleur.

Voilà, c’était une petite présentation sur l’architecture micro-services, qui j’espère vous donnera l’envie d’en savoir plus et pourquoi pas de la mettre en place sur vos nouveaux projets (modifier l’architecture d’un projet déjà existant est souvent long, compliqué et couteux).

Likes(0)Dislikes(0)