[Humeur] Les questions en fin d’articles

Bonjour à tous,

Pour ce premier article de l’année et en cette fin de période de fêtes où tout le monde est joyeux, il est de bon ton pour moi de pousser un nouveau coup de gueule ! (Mon côté Grinch peut-être)

Mon coup de gueule du jour est dédié aux… questions en fin d’articles ! Vous voyez de quoi je parle ? Tous ces sites qui, à chaque news, articles ou le moindre truc publié, se sentent obligés (ou sont peut-être tout simplement obligés) de finir par une question !

Exemple : « la sortie du jeu trucmuche est repoussée de trois mois. Et vous est-ce que vous attendez la sortie de trucmuche ? »

Exemple (bis) : « les avantages et les défauts de trucmuche sont… Et pour vous quelles sont les avantages et défauts de trucmuche ? »

RAAAAAaaaaaaaaahhhhhh !!!

Tout d’abord, je n’ai rien contre les articles qui terminent par une question mais à la condition que se soit justifié. Ce qui m’horripile vraiment c’est le fait d’en mettre à toutes les sauces sans même se préoccuper de la cohérence du texte ! J’ai vu des articles de fond très bien menés de l’introduction jusqu’à une vraie conclusion argumentée et juste derrière terminer par une question moisie !

Pour moi la question de fin d’article n’est rien d’autre que du mauvais racolage pour forcer la publication de commentaires et c’est aussi élégant qu’une prostituée au pied de son van !

Mais que cela ne nous fasse pas perdre de vu l’essentiel : Bonne et joyeuse année 2016 sur le site de Dvalin !

Et vous, vous êtes plutôt Noël ou jour de l’an ?

Likes(0)Dislikes(0)

Internet : ce nouveau minitel

Je préfère vous prévenir tout de suite, cet article est un coup de gueule.

Ca m’énerve de voir Internet devenir un minitel qui a juste une meilleure résolution d’image.
Tout est fait pour que les gens arrêtent d’essayer de participer à Internet. Et non, poster un message sur Facebook ce n’est pas participer à Internet.
Pour rappel, la définition d’internet d’après Wikipedia :Internet est le réseau informatique mondial accessible au public. C’est un réseau de réseaux, sans centre névralgique, composé de millions de réseaux aussi bien publics que privés, universitaires, commerciaux et gouvernementaux …. Une des parties importante de la définition est « sans centre névralgique » et c’est là que le bât blesse. Par facilité nous centralisons tout sur des serveurs.

Très peu de personne, et moi le premier, ont leur site internet ou les mails stocké sur une machine chez eux. J’ai voulu avoir mon serveur mail chez moi, mais entre mon FAI qui refuse que ses clients se servent de leur connexion pour stocker un serveur et donc change les ip toutes les 24h; le routeur qui m’empêche d’ouvrir le port 25 qui sert à recevoir les mails et certains FAI, dont Orange, qui refusent de recevoir un mail envoyé depuis une adresse ip perso (pour éviter le spam), ce n’est pas facile.
De plus, nous sommes quasiment tous en ADSL. Wikipedia nous rappel qu’ADSL signifie : [liaison] numérique [à débit] asymétrique [sur] ligne d’abonné. Ce qui veut dire en clair que le débit montant (ce qu’on envoie) et le descendant (ce qu’on récupère) n’ont pas la même vitesse. En France, les FAI ont décidé que les gens voulaient recevoir plus rapidement ce qui arrivent des serveurs que d’envoyer des données. C’est pour ça que télécharger une image depuis internet va très vite mais que de l’envoyer par mail à un ami est beaucoup plus lent.

A partir de ce constat, comment faire pour avoir un serveur web chez soit ? Les gens qui vont se connecter risquent d’avoir des temps de réponse long car notre ligne ADSL ne permettra pas d’envoyer rapidement nos pages web. Surtout si plusieurs dizaines de personnes font la même requête en même temps. De plus, si on a une coupure de courant ou d’internet, notre site devient inaccessible. C’est pour ces raisons que les sites web sont stockés sur des serveurs.

C’est donc logique que les gens passent par des serveurs. Mais le soucis, c’est que nous sommes obligés de faire confiance aux entreprises qui possèdent les serveurs et que ces dernières années nous ont prouvé que ce n’était pas une bonne idée. Personnellement, je n’ai aucune confiance dans mon FAI (en fait dans tous les gros FAI). Ils peuvent modifier les serveurs DNS (annuaire qui permet de lier une ip avec une url) et donc renvoyer leurs clients vers de fausse page sans qu’ils soient au courant (sport national dans certains pays peu démocratique et FREE a été le premier FAI à bloquer thepiratebay).
Je n’ai également aucune confiance dans Google et son Gmail. Ils lisent automatiquement tous les mails qu’on envoie ou reçoit. Ce qui est drôle c’est que si la police faisait pareil, tout le monde crierait mais là c’est bon c’est une entreprise ! De plus, si Google décide de fermer votre compte (ils ont le droit d’après les conditions d’utilisation), vous perdez tous vos mails, tous vos contacts, tous vos rendez-vous, etc.

Tout ça pour dire que passer par des serveurs sur lesquels nous n’avons aucun contrôle est débile et que sans un réveil général la situation n’ira pas en s’améliorant.

Likes(1)Dislikes(0)

Le #PRISM à la française

Bluettouf nous rappelle sur son site qu’en même temps que la nouvelle sur le programme PRISM sortait, Le Monde publiait un article sur un système d’écoute du trafic internet mise en place par la DGSE.

Ce qui est marrant, c’est que cette nouvelle est passée complètement inaperçu à cause de PRISM. Pourtant si on regarde de près, il s’agit de la même finalité : surveiller les gens sur Internet. Sinon que le système de la DGSE est plus intrusif que PRISM. Comme ils n’ont pas passé de contrat avec Microsoft and Co, ils utilisent du DPI via des installations hors du territoire. Le DPI leur permet de tout voir et non pas seulement les 8 gros géants du net, et comme les infrastructures ne sont pas sur le territoire, ils ne répondent pas à la loi française.
Comme les installations ne sont pas sur le territoire, ils ne voient que le trafic qui sort de France : ce qui est le cas lorsque vous allez sur Youtube, Google, Gmail, Apple, …, en gros une énorme partie de votre trafic.

En résumé, tout ce que vous faites, qui transite en dehors du pays, peut et doit surement être vu par les agents de la DGSE et ce en dehors de tout cadre légal, puisque les interceptions ne se font pas sur le territoire français.

Likes(0)Dislikes(0)

La télé pas par internet, c’est possible

Je sais le titre est bizarre. Mais pas plus que le fait que la majorité, moi le premier, n’imagine plus la télé autre que par Internet.

En réfléchissant à ça, je me suis demandé pourquoi je voulais tant la télé par internet.
Certes, grâce à ma boxe je peux enregistrer le programme et j’ai accès à plusieurs chaines qui sont normalement payantes.
Super, mais pour ça une partie de mon abonnement sert à payer les ayants droits. Ce qui fait mal, étant donné que je ne la regarde quasiment jamais.
En plus, une partie de ma bande passante sert à afficher la télé, ce qui est gênant quand je veux télécharger le film de vacances de mes parents qui fait environ 1,36 Go (en plus ils partent très souvent en vacances 🙂 ).

Alors comment faire ? Ma télé n’a pas de décodeur TNT intégré et je veux regarder les films de vacances de mes parents qui sont sur mon ordi.
J’ai commencé à réfléchir à un raspberry qui serait branché à mon ordi et à Internet. Dans le premier cas, j’aurais les films présents sur mon pc et dans le deuxième cas je récupère les flux streaming des chaines de télé. Conclusion de cette idée : trop chiant pour le deuxième cas.
Pas de problème, je mets une carte d’acquisition TNT sur le raspberry. Mais, j’ai le souci de la télécommande et ça mange toujours ma bande passante.

Là, un ami m’a donné une idée toute bête mais pile ce qu’il me faut. Un boitier décodeur TNT qui lit un DD externe (en usb 3 tant qu’à faire).
J’achète un DD externe (un boitier suffira car j’ai un DD interne dont je ne me sers pas), ainsi qu’un hubs USB.
Il ne me reste plus qu’à brancher via le hub mon DD au décodeur mais aussi à mon pc. Comme ça, je peux directement envoyer mes films sur le disque dur qui est aussi branché au décodeur. Donc sans me prendre la tête, j’ai un système télé qui ne passe pas par internet, qui peut aussi enregistrer ce qui passe sur la TNT.
Le coût total de l’opération est de 60€ environ, sans le hubs.

Je sens que je vais tester ça le mois prochain et en profiter pour partir de chez mon fournisseur d’accès à internet : Free.
Mais ça, ça sera pour un prochain article.

Likes(0)Dislikes(0)

Une déclaration des libertés sur Internet voit le jour

Plusieurs organisations, sociétés ou sites web, se sont rassemblés autours d’une déclaration des libertés sur Internet.
Parmi les signataires, nous retrouvons Mozilla, l’Electronic Frontier Foundation.

L’objectif de cette déclaration est d’imposer 5 principes afin de protéger Internet des politiciens qui veulent le censurer à tout prix.

La déclaration propose les points suivants :

  • Liberté d’expression : pas de censure d’Internet ;
  • Accessibilité : l’accès universel à Internet doit être soutenu et l’élaboration de réseaux rapides et abordables doit être soutenue ;
  • Ouverture : Internet doit être maintenu comme un réseau ouvert où chacun est libre de se connecter, de communiquer, d’écrire, de lire, de regarder, de parler, d’écouter, d’apprendre, de créer et d’innover ;
  • Innovation : la liberté d’innover doit être protégée et la création doit se faire sans permission. Les nouvelles technologies ne doivent pas être bloquées et les inventeurs ne doivent pas être punis pour les actes que les internautes font de leurs créations.
  • Vie privée : la vie privée doit être protégée et la capacité de chacun de contrôler l’usage de ses données et ses appareils sera défendue ;

Si vous avez un site web ou autre, je vous invite à signer cette déclaration et à inciter vos proches à faire de même.

Likes(0)Dislikes(0)